L

Manifestations des années précédentes

Liste des manifestations 2005

Retour à la page d'accueil

Auberge du Grand Cerf (Aigrefeuille-sur-Maine 85), 29/11/-24/12/2005

* Liste des 3 exposants :
1 photo(s) Cliquez sur une photo pour l'agrandir    

L'Hebdo de Sèvres et Maine, 29/11/2005

     
- exposition

* L'Hebdo de Sèvres et Maine, 29/11/2005
Sophie Chaillou, Annick Hopp et Denis Martin exposent au Grand-Cerf

Avec l'Association Mélimêlarts, le restaurant du Grand Cerf s'est improvisé galerie d'Art le temps d'un mois. Gravures et peintures se côtoient, dans l'espace convivial et feutré des trois salles du lieu.

C'est une première, le restaurant le Grand-Cerf offre ses murs aux cimaises pour la plus grande joie des artistes. Joce Bernard, présidente de l'association Mélimêlarts manifeste sa satisfaction de prolonger son action au sein du festival Handiclap. Entre les deux il y a bien une relation étroite : ce festival permet de révéler les œuvres, créations d'artistes handicapés pendant une douzaine de jours. Cette initiative depuis 18 ans reste la seule opportunité à ces personnes, de pouvoir s'exprimer auprès du grand public.

Changer les regards
« Mélimêlarts encourage tout au long de l'année avec l'appui de ses 50 adhérents, la promotion de ces artistes handicapés (ou valides) qui ne peuvent pas toujours être en mesure de faire les démarches nécessaires », intervient Joce Bernard, déterminée à la cause des artistes. De nombreux échanges naissent de ces rencontres, les différences s'émoussent pour laisser place aux émotions, « et, surtout changer les regards ».

Annick Hopp propose une peinture sur le principe du format d'estampes japonaises, où s'élancent des arbres vers le ciel. Une expression lumineuse travaillée en aplat sur la toile qui confère à I'œuvre une expression presque naïve. Denis Martin présente des gravures dites à l'eau forte (ancêtre de I'imprimerie). Gravure sur métal, plongée dans l'acide, le discours de l'artiste se prête à l'alchimie des temps anciens « le thème devient un prétexte à utiliser l'outil, avoir les mains sales » note Denis Martin. Le monde des insectes est le thème choisi où préfigure l'art du détail : Libellula, Criquet Seigneur sont des univers fantasmagoriques où fourmille tout un monde étrange.

Sophie Chaillou, imprégnée d'Art Pariétal (archéologie) depuis quatre ans, s'inspire et tisse un univers codé, à l'image des traces des hommes préhistoriques « AIler à l'essentiel ... ». Sa facture fragmentée de mosaïque, chacune est un morceau d'émotion inscrite formant un tableau intégral : « Japon » détaille des vues où le signe suffit à l'expression de Sophie Chaillou, sublimant ainsi l'effet figuratif. L'artiste témoigne d'un ardent regard sur la vie, comme des questions sur le monde, de son espace intérieur, elle franchit les univers par son expression émotionnelle...


Haut de page
Menu